Décès de Jean Molimard

Bonjour à tous,

J’ai la tristesse de vous annoncer le décès de notre camarade Jean Molimard. Jean est décédé cette nuit, il était atteint depuis une quinzaine d’années d’une maladie neurologique dont tout le monde savait qu’elle était sans remède.

Avec Bruno Jacques nous le visitions régulièrement et au fil des années avons pu constater l’évolution de son état.

Jean était pour moi un ami depuis le 1er octobre 1963, nous sommes arrivé, ce jour là, à Nancy par le même train et nous sommes trouvés sur le quai de la gare, il est le premier camarade de promotion que j’ai rencontré. Nous avons ensuite été camarades de thèse au laboratoire Levisalles puis durant cinq ans, collègues, à Montpellier chez Clin-Midy, aujourd’hui SANOFI. Il y a fait toute sa carrière en tant que chimiste médicinal spécialisé dans le système nerveux central, c’est dire qu’il comprenait parfaitement sa maladie et les suites qu’elles devaient entrainer.

Nous nous souvenons tous de son addiction au rugby, au baby-foot et à la conduite automobile, cependant j’aimerais ajouter quelques anecdotes le concernant.

Il a été mon voisin à la cité de Montbois, nous avions les chambres 138 et 140 et révisions les certificats ensemble, mais en criant au travers de la mince paroi. Au printemps 1965, il étudiait les solutions de métaux alcalins dans l’ammoniac liquide dont le polycopié de Aubry disait qu’elles étaient bleus ou mordorées :

– Alain, c’est quoi mordoré ?

– C’est couleur whisky !

– J’ai compris merci.

Il aimait l’Ecosse.

Il aimait aussi la corrida. Un jour, Bruno, Jean et moi étions à l’Excelsior, devant trois grès de Vézelize première, notre bière préférée à l’époque et Bruno, pour le taquiner, vantait les qualités et mérites des taureaux de race normande alors que Jean ne voulait en démordre le taureau bravo d’outre Pyrénées était incomparable. De mon coté, la discussion s’animant, je faisait discrètement glisser les grès pour boire à leur compte. Il s’en sont aperçu, je n’ai pas pu tout boire.

Il était également dépensier, et me tapait souvent, me remboursait toujours. Une fois il me devait cent francs, ce qui à l’époque et vu l’état de nos finances était une somme conséquente. Il reçoit un jour un mandat de son grand-père, et première chose me rembourse, puis descend en ville, remonte le soir et me tape de cent francs, le même billet d’ailleurs. Voici quelques jours je parlai avec son épouse, de ce point de vue là, il n’avait pas changé.

J’ai en tête une multitude d’autres souvenirs, mais je m’arrête ici, tel était Jean, il était mon ami, il était notre ami à tous.

Durant cette longue maladie, son état se dégradait tous les jours et sa femme Janick a fait preuve d’un courage admirable. Jusqu’à ces derniers jours elle refusait l’inéluctable et espérait encore son retour à la maison. Nous nous téléphonions régulièrement et les quelques semaines qui s’achèvent ont été particulièrement difficiles pour elle comme vous le supposez. Pour ceux qui souhaitent lui adresser un message d’amitié et de réconfort :

Janick Molimard

Rue des Combelles

34 980 Saint Gély du Fesc

Tél : 04 67 84 18 70

06 78 39 77 67

Cette entrée a été publiée dans Informations générales. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Décès de Jean Molimard

  1. Alain Siebold dit :

    Effectivement, c’est une bonne idée
    Quelqu’un connait-il la date des obsèques ?

  2. Jean pierre Ferdrin dit :

    Bonjour à tous,
    et merci à Alain de nous avoir si bien rappelé Jean.En lisant son courriel j’ai revécu des moments forts de notre période Nancéenne.Je n’ai pas été aussi longtemps que Alain avec Jean au cours de ces années,mais bien entendu je me rappelle de ses passions pour le rugby qu’il pratiquait avec réussite et humilité,pour la tauraumachie,mais surtout je me souviens des parties de baby-foot ou il était l’un des meilleurs sinon le meilleur.Au revoir Jean.
    N’y aurait il la possibilité d’envoyer une gerbe en nos noms à tous si ce n’est pas trop tard.
    Amitiés à tous.
    Jean-Pierre FERDRIN

  3. Jean Couratier dit :

    Le ton du message d’Alain est merveilleux et c’est le souvenir que je veux garder de Jean Molimard: merveilleux. Je ne veux pas raconter plus que ce qu’Alain a dit car je n’en ai ni le talent n l’envie. Adieu Jean, tu étais notre ami. JC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *